L'heure de la révolution numérique a sonné

04/06/2015
L'heure de la révolution numérique a sonné

Les écoles passent à la vitesse supérieure : avec l'arrivée de la fibre optique et la modernisation des équipements informatiques, les écoles de Bouc Bel Air sont actuellement en pleine mutation numérique.


En attendant de pouvoir raccorder le plus grand nombre d'habitants possible, les premiers établissements publics reçoivent progressivement la fibre optique. C'est le préalable indispensable à une évolution de plus grande envergure : grâce à ce nouveau moyen de connexion et ses débits bien plus importants, de nouvelles perspectives peuvent enfin émerger.

 

Mais la fibre optique, qu'est-ce que c'est ?

C'est une technologie qui a le vent en poupe : destinée à remplacer les connexions ADSL classiques, ce fil de verre très fin permet de transporter une grande quantité d'informations et de démultiplier les débits : avec des transferts montants et descendants jusqu'à 30 fois plus rapides qu'une connexion classique, les échanges massifs de données ou la diffusion de flux vidéos en temps réel et en haute résolution ne sont plus un problème.

  


Aujourd'hui, c'est l'école des Pins qui s'est vue dotée de ce nouveau type de raccordement. Longtemps freinée par une connexion Internet vieillissante sujette à des coupures et plombée par des débits faméliques, l'établissement de M. Garçon (le directeur de l'école) vient d'entrer de plain-pied dans une nouvelle ère numérique.

Mais au-delà du surplus appréciable de bande passante et du confort induit par la fibre optique, l'équipement informatique va également connaitre une petite révolution, permise par la modernisation du réseau.

Jusque-là, la salle informatique était équipée d'ordinateurs traditionnels, mais ces derniers commençaient à accuser le poids des ans. Aujourd'hui, le service informatique de la ville remplace ces machines par des postes appelés "clients légers".
 

Le client léger : compacité et versatilité.

Ces petits boitiers, compacts et silencieux, ne traitent et ne stockent aucune information localement. Ils sont simplement reliés à un clavier, une souris et un écran. Ensuite, tout se passe à distance de manière transparente pour l'utilisateur. Le client léger est en effet relié à un serveur distant, hébergé en mairie, qui fait office d'unité centrale et qui transmet en temps réel l'affichage et les données.

 Le service informatique de la ville nous montre la différence d'encombrement entre un ancien ordinateur et le nouveau boitier du "client léger".

L'intérêt ? Il est multiple. La maintenance, tout d'abord, s'en trouve facilitée. Les informaticiens peuvent tout contrôler à distance : mises à jour, fonctionnalités, dépannage... un gain de temps évident, avec moins de trajets à effectuer. Autre avantage : la consommation électrique. Alors qu'un ordinateur classique assez ancien consomme parfois entre 100 et 300 watts, un client léger affiche une consommation moyenne de seulement 5 watts. La performance ensuite, avec des systèmes et des logiciels bien plus récents. L'efficience économique, avec la mutualisation des coûts, et bien sûr, une sécurité renforcée (on abandonne au passage l'antédiluvien Windows XP, dont le support n'était plus assuré par Microsoft).

 

Le serveur déporté, où sont hébergés les données et les profils utilisateurs des écoles.

Une première étape.

Ce vaste chantier de modernisation, mené conjointement par le service informatique et le service scolaire de la ville, a été lancé avec la coopération des directeurs d'écoles ainsi qu'avec les services de l'éducation nationale, sous la houlette des élus de notre ville, dont Amapola Ventron, 1er Adjoint au Maire déléguée aux Affaires Scolaires et à la Jeunesse et Mathieu Morateur, Adjoint au Maire délégué aux Nouvelles Technologies et au Développement Durable. Corollaire incontournable de cette coopération avec les services de l'Etat : les exigences nationales de sécurité et de filtrage du réseau sont maintenues, et même améliorées.

Première journée de présentation et d'installation du nouveau matériel à l'école des Pins.

La révolution numérique est donc enclenchée. Après cette première étape, les autres établissements seront, à terme, logés à la même enseigne. Dès la rentrée 2015, le nouvel espace "Virginie Dedieu" (école des Chabauds, centre aéré, espace jeunes) sera d'ailleurs ex-nihilo et in-extenso raccordé à la fibre et équipé en clients légers.

De quoi continuer à opérer cette grande mutation en toute sérénité... et ce n'est pas prêt de s'arrêter !